Home / Culture / RETOUR À 40 ans "Les Bronzés ski", une comédie culte

RETOUR À 40 ans "Les Bronzés ski", une comédie culte



Publié:

Paris (AFP)

Le 21 novembre 1979, Jean-Claude Dusse, Popeye, Gigi et leurs amis couraient pour la première fois en Val Dordern ; Isère se termine sur grand écran. "Bronze ski" deviendrait une comédie française culte, dont le succès surprend toujours le réalisateur Patrice Leconte.

"On ne sait jamais, en cas de malentendu, cela peut fonctionner", "Je pense que j'arrêterai ce soir": Ces célèbres copies sont entrées dans la culture populaire en France, tout comme la chanson de Jean-Claude Dusse sur son télésiège: "Quand vais-je te revoir, pays fantastique …".

Pourtant, rien n’annonçait initialement que ce film deviendrait un classique.

Après "Les Bronzés", parodie de clubs de vacances publiés en novembre 1

978 – 2,3 millions d'entrées, un bon résultat mais pas un record pour le moment – C'est le producteur Yves Rousset-Rouard, oncle de Christian Clavier, qui Les équipes Splendid et Patrice Leconte ont décidé d'écrire un second film dans la foulée.

"Le producteur pensait que + les Bronzés + seraient un bon succès et nous avait déjà indiqué avant le film que nous allions faire le numéro 2 (…). Nous n'étions pas en sécurité, nous pouvons être convaincus" Patrice Leconte, qui n'avait auparavant réalisé qu'un film, "Vecés était fermé de l'intérieur"

– "Trop rire" –

Les membres de la Troupe du Splendide qui vont au café-théâtre – Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko et Marie-Anne Chazel – se retrouvent fin 1978 à Val d’Isère pour préparer la suite

Désireux de commencer par un humour noir, ils imaginent à l’origine un film inspiré par le drame du vol 571 de Fuerza Aérea Uruguaya qui s'est écrasé dans la Cordillère andine en 1972 et dont les survivants ont dû manger les cadavres.

"Evidemment, Yves Rousset-Rouard était très opposé, car il disait ne pas faire de comédie ", venant Patrice Leconte se souvient de 19659004] Alors que le producteur avait du mal à compléter son financement, les membres de Splendid se lancent enfin dans un week-end plus classique de l'histoire de la neige, prenant leurs personnages du premier opus.

Parmi eux figurent le maladroit célibataire Jean-Claude Dusse (Michel Blanc), le batteur invétéré Popeye (Thierry Lhermitte), le couple de Bernard et Nathalie, les nouveaux riches (Gerard Jugnot et Josiane Balasko), le docteur Jérôme et son épouse Gigi, qui a une crêperie (Christian Clavier et Marie-Anne Chazel), ou Christiane cosmétologue (Dominique Lavanant).

Le tournage sera accompagné de quelques difficultés, liées notamment à la météo, mais également de sincères éclats de rire. C'est par exemple lors de l'étape parmi les alpinistes qui leur proposent une "fougne", faite avec des restes de fromage et d'échalotes, rappelle Patrice Leconte. "C'était très difficile de tirer, parce que nous voulions trop rire."

– atemporel –

Quand il sortira, le film irait sans lâcher les foules, qui ont fait moins d'entrée que la première partie (1,6 million). Mais il va naviguer dans le temps et ses nombreuses rediffusions à la télévision – 17 jusqu’à présent, a déclaré Patrice Leconte – comme l’un des piliers de la comédie française "Drive avec un peu de turbo", dit-il, sa carrière et les acteurs

. Ce sont les pistes qui ont permis aux gens de découvrir l’incroyable ", explique Alexandre Raveleau, auteur du livre" Le Bronzé, l’histoire vraie ". "La culture Bronze repose avant tout sur le fait qu'il s'agit d'un groupe de café-théâtre, donc d'une autre lecture de la comédie à cette époque", analyse-t-il.

"C’est aussi un film qui ne vieillit pas, ajoute à l’auteur et dit que" les films de l’extraordinaire, c’est probablement le plus familial "." C’est toujours pareil d’aller dans la neige, alors de génération en génération, on se moque toujours des mêmes choses. "

" Quand nous avons fait ces deux premiers + bronzés +, nous étions heureux de les faire ", se souvient Patrice Leconte." Mais nous ne pouvions pas croire que nous en parlerions ainsi 40 des années plus tard, poursuit-il, ces films nous évitent complètement.


Source link