Home / Santé / Le traitement permettrait de combattre le cancer et COVID-19

Le traitement permettrait de combattre le cancer et COVID-19



Le premier essai clinique au monde visant à évaluer un traitement préventif du COVID-19 spécialement conçu pour protéger les personnes atteintes de cancer, qui sont connues pour être plus à risque de développer des symptômes graves, débutera bientôt au Canada.

• Lisez également: Tout développement pandémique

Huit centres de cancérologie à travers le pays, dont le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), mettront bientôt à l’essai le traitement immunostimulateur appelé IMM-1

01, a annoncé aujourd’hui la Société canadienne du cancer, qui finance l’opération.

Depuis plusieurs années, ce médicament a été étudié pour le traitement du cancer, y compris le cancer du pancréas et le mélanome, car il est censé stimuler le système immunitaire et l’aider à détruire les cellules cancéreuses.

Cependant, cette capacité alerterait également la défense du corps contre une foule d’autres infections, en particulier les organes respiratoires. Il s’agit de l’adoption du Groupe canadien des essais sur le cancer, qui dirigera l’essai clinique.

repositionnement

“Nous parlons d’un médicament qui était en cours de développement puis en essai clinique avant la pandémie, que nous venons de placer”, explique Dr David Roberge, radio-oncologue et chercheur au CHUM.


Dr.  David Roberge, radio-oncologue et chercheur au CHUM

Photo courtoisie

Dr. David Roberge, radio-oncologue et chercheur au CHUM

Nous savons déjà que ce traitement est sans danger pour les gens, explique le médecin. On pense qu’il aurait un effet protecteur contre COVID-19, car un vaccin contre la tuberculose, dont la substance principale est similaire à celle de IMM-101, semble être associé à une réduction des infections et des complications du coronavirus, selon les données préliminaires.

IMM-101 est administré sous forme de vaccin. Cependant, il ne favorise pas la création d’anticorps anti-COVID-19 et n’offre pas de protection spécifique contre cette maladie. Il agit en stimulant “une réponse immunitaire un peu plus globale”, popularise Dr Roberge.

1500 volontaires ont postulé

Les personnes atteintes de cancer sont plus à risque pendant cette pandémie, car leur état de santé sous-jacent augmente le risque de complications et affaiblit le système immunitaire. Cette population n’a souvent d’autre choix que d’aller à l’hôpital pour se faire soigner et ne peut donc pas s’isoler facilement.

On espère que l’administration préventive de ce produit réduira le risque d’attraper le nouveau coronavirus ou de développer des symptômes graves s’il est infecté. C’est ce que l’essai clinique vise à vérifier.

Cette évaluation clinique nécessitera 1 500 bénévoles à travers le Canada qui doivent se rendre à l’hôpital pour traiter le cancer. La moitié fera partie d’un groupe témoin. CHUM recrute activement des participants et il est possible d’envoyer votre candidature par e-mail à.

Avez-vous vaincu COVID-19? La revue recherche des personnes qui se sont remises d’un coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à [email protected]


Source link